"Le soufflet de mon accordéon est trop dur !"

Aïe aïe aïe, mon accordéon a vraiment un soufflet très dur. Pourtant, qu'il n'est pas tout neuf... Ça va bien faire 6 ou 7 ans que je m'escrime dessus !

J'ai tout essayé, le laisser pendre ouvert à une poignée de porte toute la nuit, jouer des heures et des heures dans des endroits enfumés tout en buvant du jus de houblon, les cierges à St Souple, rien !

Quand je joue la "valse des 131 ans à Clémentine", je suis toujours à court d'air en tiré, pas moyen de reprendre assez d'air sur l’unique note en poussé... Je vous dis, mon soufflet est hyper méga-dur, ils l'ont fait en carton blindé ou quoi ? (des fois qu'une balle perdue... ?)



C'est-y le soufflet ?


À force de râler sur ce fichu soufflet, on a fini par me dire : "t'es sûr que c'est le soufflet ? Essaye en enfonçant toutes les touches, à droite et à gauche...".

J'ai fait. Pas mélodieux, non, et puis enfoncer toutes les touches j'ai pas pu. J'en ai enfoncé le maximum, aux basses j'ai même réussi à les avoir toutes, essayez donc voir ! Et là, surprise : le soufflet était tout ce qu'il y a de plus souple. Vu ce que je l'avais assoupli, normal, vous me direz. Mais alors, quesako ?


Le même qui m'avait dit de faire ce test, y me dit : "alors, c'est-y ton soufflet ou c'est-y ta soupape ?"



Mais alors, que faire ?


"Oui, que faire ?" reprennent en chœur tous les autres.


La solution la plus simple est d'agrandir le passage d'air de la soupape. Elle fonctionne comme ceci : le bouton soulève une soupape, sous laquelle il y a un trou dans la table d'harmonie. Jusque là, le fonctionnement est le même que pour tous les autres boutons. Oui, mais sous la soupape, rien, juste un trou, pas d'anche ni rien... C'est ce trou qu'il va falloir agrandir.


Ouvrir son accordéon


Ouvrir son engin est nécessaire, déjà pour voir, et plus si le génie du bricolage vous visite.


Dévisser la plaque des basses, située sous la main qui joue les basses. Identifier la mécanique de soupape. Regarder la taille du trou : c'est lui qu'il va falloir agrandir. Si vous décidez que c'est trop dur à faire tout seul, c'est là que vous refermez l'accordéon. Votre luthier doit bien pouvoir vous faire ça, non ?


Bon, le génie est passé par là, vous avez même l'outillage-tout-neuf-qui-ne-demande-qu'à-servir.


Donc, au crayon, prenez l'empreinte de la soupape sur la table. Ensuite, démontez la mécanique de la soupape d'air, et regardez si vous ne pouvez pas agrandir le trou en laissant 3 mm sur tout le pourtour. Si oui, il faut démonter la partie des basses du soufflet (4 ou 6 clous de soufflet) et enlever précautionneusement les sommiers - ils n'aiment pas du tout la poussière.


Au cutter, à la scie à fil ou à la mini-perceuse, agrandir le trou - attention, danger ! pas de gaffe, hein, ça peut vous coûter cher ! Tout doux, donc. Pas moins de 3 mm entre le tracé extérieur et la découpe, sinon, c'est le changement de la soupape en prime. Et ça, ça devient du gros boulot.



Et si le trou est déjà au ras des bords de la soupape ?


Si on ne peut plus agrandir le trou, eh bien, là, il faut changer la soupape, voire la mécanique, et c'est un travail de luthier en accordéons. Mais si vous vous sentez assez sûr de vous, il vous faut étudier l'emplacement des deux côtés de la table, fabriquer une nouvelle soupape plus grande, la garnir de feutre puis de cuir (le cuir fait l'étanchéité), l'adapter à la mécanique et régler le tout. Ensuite, prendre la marque de la soupape au crayon et agrandir comme décrit ci-dessus.


Alors, toujours dur ce soufflet ?

90 vues

Posts récents

Voir tout