Le grand nettoyage de printemps

Non, aujourd'hui je ne vais pas vous parler de serpillères et d'astiquage. Non, je vais vous parler du nécessaire entretien d'un accordéon par son propriétaire. Je vous rassure, un aspirateur et éventuellement un tournevis suffiront.



La poussière


D'abord, il faut savoir que la poussière est un ennemi de votre accordéon, comme la chaleur excessive ou les coups brutaux. Bien sur, le truc que je vous donne est un truc préventif, il vous évitera peut-être un déplacement et une facture chez votre luthier préféré... du moins jusqu'au prochain accordage ou à la prochaine lame cassée.


Hors donc, prenez d'une main votre boite (ou housse) d'accordéon et de l'autre un aspirateur. Allez, zou, enlevez de la boite (ou housse) les 14 cassettes, les 10 cm d'épaisseur de tablatures, anti-sèches, Paroles d'Anches, carnet d'intermittent, billets doux, serviette éponge (rayez les mentions inutiles)...


Un grand coup d'aspirateur partout, dans les coins aussi, 'faut qu'ça brille !!! Et avant de remettre dans la boite le nécessaire calage de l'accordéon (cassettes, tablatures susdites...), peut-être un petit peu de tri, non ?



À l'accordéon, maintenant.


Il faut d'abord enlever la calandre, ou couvre-notes du côté mélodie. Sur un Hohner 2915, un quart de tour au deux anneaux qui le maintiennent et c'est fait, pour les autres, le tournevis s'impose.


Si la curiosité ne vous y a pas déjà poussé, vous allez découvrir la mécanique de main droite, qui fonctionne comme suit :

Vous appuyez sur un bouton, éventuellement vissé sur un canon en plastique noir (cas d'un clavier dit "fermé,"), qui est fixé sur une touche (en bois ou en métal, ou les deux comme ici), laquelle touche transmet l'action de votre doigt à une soupape, qui ouvre le trou de la table d'harmonie, par où peut passer l'air qui fera vibrer une ou plusieurs anches.


Tiens, en passant, on dit une anche ( un'anche) ou des anches (des-z-anches), il n'y a pas de "h" à anches (sinon, on ne parle pas vraiment de la même chose).


Revenons à nos moutons (enfin, poussière, il n'y en a pas toujours autant). Il vous faut bien aspirer partout, sans forcer ni sur les touches, ni insister sur les soupapes.


Enfin, refermez la calandre, avec les vis ou les anneaux.


Direction les basses ! Idem, démontage de la calandre des basses, aspirateur et remontage. Et voilà !



Mais, en fait, en quoi ces poussières nous embêtent-elles ?


Parce qu'elles coincent les anches ! En particulier, les cheveux et les confettis (véridique) qui, une fois captifs de l'instrument, vont se balader au gré des courants d'airs (et vous en faites en jouant, vous pouvez me croire.) et finir par être aspirés dans le sommier, en coinçant une anche la plupart du temps.


Comme les poussières sont soumises à l'attraction terrestre, elles vont se trouver dans le bas de l'accordéon, c'est à dire du côté des notes aigües, dont les anches sont les plus petites... donc plus faciles à être bloquées par une simple poussière.



Petit cas d'étude


Aspirer peut devenir une urgence !


Une fois mon étonnement passé, je me suis mis au boulot et j'ai nettoyé tout ça, intérieur comme extérieur.


Mais d'où venait toute cette poussière ?





Je vous le donne en un comme en cent, de la housse, dont la mousse se délitait !


Une vieille housse en skaï, avec une doublure en tissu noir à l'intérieur et une couche de mousse d'un demi centimètre entre skaï et doublure... c'est cette mousse qui se décompose avec le temps (la housse avait entre 10 et 15 ans), le fond en était couvert. et bien sur l'accordéon s'en est pris une bonne dose !



Conclusion


  • Faire le "ménage" 1 ou 2 fois par an, le propriétaire de ce diato s'en serait apreçu bien plus tôt.

  • Prenez soin de vos équipements (presque) autant que de votre instrument.



237 vues

Posts récents

Voir tout